Qin, les Royaumes combattants

Livre de l'Eau - Chapitre 1. Les fantômes du passée

Une ère de changement annonciatrice de chaos et de guerre approche. Ces sombres années sont propices à l’avènement de nouveaux Héros. Seuls les plus courageux d’entre eux traverseront Ming Men (les portes de la destinée) et accomplirons leurs mandats célestes.


Période de 小雪 de L’an 881 de la dynastie des Zhou, l’année 辛酉
Commanderie du Dai, district de Xue Fei.

Chapitre 1 : Retrouvaille de Sang :


Voyage au pays des songes :
Au pied du Pic sacrée de l’ouest, le mont magnifique, une embarcation remonte le fleuve jaune en direction de Xian Yang. Ce voyage est l’occasion à de jeunes Héros de se retrouver après une longue séparation.

Mu Du Sing, Noir Colombe situé sur la proue du navire, scrute l’horizon. Les rives du Fleuve Jaune sont blanchies par les premières neiges de l’hiver. Le jeune moine médite sur les conseils du grand Maître Shi Tong Zi, l’équité incommodée. Rang Kao, Le Singe Argent Furieux perché sur le mat se familiarise à la navigation maritime avec l’équipage. Le Voilier s’approche à grand pas des terres du Qin. Plus que quelque Li le sépare du jeune roi Ying Zhen. Li Mu Sba profite de ces retrouvailles pour savourer son nouveau nectar, le JinBaijiu, un alcool sacré distillé dans un monastère du Pic Sacré du Nord, le mont éternel. Chi Bai Chio Li reste isolé à l’arrière du navire, son nouveau contrat est un défi des plus périlleux, en reviendra-t-elle vivante ?

A quelque Li de Xianyang, le ciel s’assombri, la grêle se met à tomber comme des trombes, des tourbillons jaillissent du fleuve Jaune. La température chute, de la glace surnaturelle envahit tous le navire. La Peur et le Froid saisissent le cœur de chaque homme de l’équipage. Les matelots tombent à l’eau, les uns après les autres. Si la noyade ne s’empare pas de leurs âmes, le froid gèlera leur tripe et leurs boyaux. Même les plus vaillants des héros succombent au courroux des dieux.

A leurs réveils, les héros sont frigorifiés, apeuré, épuisé par cet horrible cauchemar. Une chose est sûr, ce rêve paraissais bien réel, leurs membres présentes encore les engelures causé par l’eau glacial du Fleuve Jaune. Etait-il une vision de leur destinée ou simplement les fantômes de leur passée qui reviennent les hantés.

Le cortège :
Noir Colombe et Singe Argent font leur première rencontre lors de leur réveille à l’auberge des Quatre Orients. L’imbrication de leurs rêves les intrigues, mais l’agitation dans les rue de Xue Fei attire rapidement leur attention. La lumière des premiers rayons de soleil baigne toute la scène dans des reflets verdoyants. Les étendards aux couleurs du Qi sont portés par des soldats. Les armures scintillantes, les cliquetis des armes, les chevaux et le palanquin richement décoré donnent au cortège une aura de légende.

Nos deux protagonistes font rapidement la rencontre de Ba Bo Li, l’éternel Pigeon et de Maître Main Gauche, Sifu de l’école du Vide Médian. Ils leurs demande d’enquêter sur les raisons de la venue d’un dignitaire du Qi, l’érudit Lao Li.

Les héros saisissent l’occasion de s’entretenir avec Bec Rouge à la maison du plaisir de Mme Ming. Bec Rouge est en apparence un jeune soldat, élégant et distingué qui offre c’est service de conseillé et de garde du corps à Lao Li. Il a en charge des fouilles archéologiques à l’abord du Mont Éternel. Noir Colombe s’infiltre comme travailleur pour explorer les fouilles, mais malencontreusement, le jeune moine fait exploser de la poudre explosif provoquant la mort d’une dizaine de mineur dans des éboulis. Singe argent furieux fait valoir son noble héritage pour s’entretenir avec Lao Li, mais c’est l’officier Su Zuo le Fauve du Nord, en personne qui s’oppose au jeune wu xia.


Sinistre retrouvaille :
Noir Colombe et Singe Argent sont contacté par Tong, le fils adoptif de Main Gauche. Sa sœur Li a était kidnappé par l’officier Su Zao, qui défie en duel son père adoptif. Les héros se rendent à la forêt de bambou, mais le duel à déjà commencé. Une lueur de folie anime le regard de Su Zuo, ces deux épées ébranlent le ciel et la terre telle un éclair qui tombe du ciel. Mains gauche semble désespéré, mais sa maîtrise de l’épée lui permette de parer avec précision chaque attaques de su zuo. Les jeunes héros se sentent impuissant face au combat de maître. Main Gauche semble submergé, il dirige sont dernier regard en signe d’adieu vers ses enfants accompagnés de Noir Colombe et Singe Argent avant de lâcher son arme pour se laisser transpercer en plain cœur par les lames de Su Zuo. Le corps sans vie du Maitre s’écroule sur le sol. L’officier reprend ses esprits. Un silence macabre règne sur la forêt de bambou. Du corps de Su Zuo s’échappe une vapeur brumeuse, prenant la forme d’un vieux sage. Le fantôme du Maître He est enfin libre de retourné aux sources Jaunes. Su Zuo révèle les secrets de main gauche avant de se donner la mort pour rejoindre son ancien amis et son maître dans le Feng du.



Voici l’histoire commune de Main Gauche et de Su Zao. Tous deux étaient autrefois amis et meilleurs disciples d’un Sifu réputé nommé Yu He dans le Royaume du Yan. Mais la ou le puissant Su Zuo ne voyait dans cette enseignement un moyen d’assouvir son ambition personnelle, Main Gauche (dont le nom était autrefois Deux mains, en raison de son ambidextrie) désirait plus que tout respecter son serment de vengeance contre l’assassin de son père « Un fils ne peut vivre sous le même ciel que l’assassin de son père ». Malheureusement Su Zuo de meilleur naissance, bénéficié plus d’attention de la part du Maître. Le jeune deux mains en ressentit une profonde jalousie, voyant ses progrès se réaliser plus lentement que ceux de son rivale. Lorsque le Sifu proposa à Su Zuo d’apprendre les techniques secrètes de l’école, Deux mains se senti écarté et une colère grondante naquit dans son cœur d’adolescent. Une nuit discrètement, il pénétra dans les appartements du vieux maître pour voler l’ouvrage d’enseignement. Mais le sifu le surprit et, de peur et de dépit, Deux Mains transperça la poitrine de son maître. Su zuo survint à cet instant, découvrant le veille homme agonisant. Deux Mains bondit vers la fenêtre pour s’enfuir, mais la lame de Su Zuo trancha nettement le bras de deux mains. Le jeune adolescent parvint tout même à s’enfuir dans la nuit avec les précieux ouvrages de l’école.

Deux mains se fit désormais appelées mains gauche, et l’ouvrage de l’école ne lui était d’aucune utilité. Le Style martial de l’école du maître Ye He est le combat à deux épées. Main gauche vécu sa vie avec ses remords et développa son propre style en parcourant le Jian Hu (le monde des forêts et des Lac) à la recherche de l’assassin de père. Une fois sa vengeance accomplit, il se retira pour vivre ces dernières années en exemple céleste et ouvrit l’école du vide médian à Xue Fei. Suzuo parcourue tout le Zhongguo comme mercenaire à la recherche de main gauche, mais vieillissant il s’engageant dans l’armée du Qi et fut promu officier en charge de la sécurité des dignitaires de la cour. Le vieux sifu ne put accepter sa mort et son fantôme c’est refugié dans la main momifié de son ancien disciple, que Su zuo gardait précieusement sur lui.



Chapitre 2


La cérémonie funéraire :
En quelques heures les nouvelles de la disparition du Sifu et de l’apparition d’un fantôme, c’est répandu dans tout le village. Une atmosphère de peur règne, les paysans accusent LaoLi d’avoir réveiller des âmes damnés en profanant le Mont éternel. Plus aucun ouvrier n’ose s’aventurer près des fouilles archéologiques. Un deuil collectif de 7 jours est décrété par le magistrat Ting Sen Liao. Le Gouverneur Sun confie la cérémonie funéraire à Noir Colombe et Li Mu Sba, un jeune moine taoïste qui cherche l’immortalité et l’illumination dans la buverie quotidienne. Chi Bai Chio Li, une jeune apprentie de la confrérie des 9 aiguilles assiste les jeunes moines pour la préparation des corps.

Au troisième jour, quittent définitivement les corps des défunts, nos jeunes moines procèdent à l’habillement et la purification des corps en compagnie de Chi Bai Chio Li. Une fois la mise en bière effectué, tous les habitants du village, habillé de blanc, suivent le cortège funéraire, présidé par Tong et Li. Deux palanquins transportent les cercueils, et deux bonhommes en papiers symbolisant les âmes Célestes des défunts. Les sons tonitruants des pétards résonnent tout autour du cortège. La fumée dégagée par la poudre se mélange aux lueurs flamboyantes des lanternes rouges. Le cortège prend fin à l’école du vide médian. Les tablettes sont déposées sur l’autel aux ancêtres. Les deux bonhommes de papiers sont brûlés pour aider les esprits célestes des défunts à retourner au Ciel pendant que les moines récitent leurs incantations de purification. Singe argent furieux utilise son charisme pour apaiser les esprits tourmenter de la population en valorisant les compétences d’un moine alcoolique et d’un moinillon niai.

Le septième jour , sont enfin prêt à rejoindre les Sources Jaunes. Chacun dispose ces offrandes (nourriture, eau, argent, effet personnel) autour du cercueil pour permettre au Po de voyager sans crainte jusqu’au Sources Jaunes. Puis Tong et Li font leur dernier adieu à leur père adoptif avant la mise en terre.

Le tombeau des souvenirs immémoriaux :
Nos jeunes protagonistes sont conviés à boire le thé avec Lao Li, fils d’un ministre du QI. Au cours de la cérémonie du thé, le jeune érudit, remercie les jeunes héros d’avoir apaiser les esprits des villageois. La venue du fantôme a retardé les fouilles archéologiques. Et même les plus valeurs soldats n’osent plus s’approcher du site. Il leur raconte l’histoire d’orage du nord, un pilleur de tombeau qui déclara dans ses ouvrages avoir trouvé, proche de Xue Fei, le tombeau d’un scribe de la déesse Nu Wa. Le scribe aurait vécu pendant la période de la haute antiquité, période ou les dieux foulaient la Terre, parmi les hommes. Lao li pense qu’en ces lieux, peut se trouver des reliques d’une valeur inestimable. Quelque jour de dur labeur est nécessaire pour déblayer les éboulis. L’entrée est bloquée par une stèle de glace. Une calligraphie est gravée dans une langue archaïque.

TEXTE_CHINOIS.png


Noir Colombe reconnu un glyphe de protection, La réponse à l’énigme est probablement la clef nécessaire pour ouvrir l’accès au tombeau. Après quelque heure de réflexion, Nos intrépide aventurier, disposent tous autour de la stèle du sel en murmurant des incantations taoïstes. Un vacarme retenti à mille Li, la terre tremble. La stèle de glace explose livrant le passage à une caverne. Un souffle glacial s’échappe de la grotte.

Nos 4 héros s’avancent courageusement en compagnie de Bec Rouge et de 4 soldats. La caverne est recouverte de glace, les parois sont hérissées de cristaux, des stalactites jaillissent du plafond et du sol glissant. Le groupe d’aventurière s’engouffre de plus en plus profondément au centre de la montagne. La lumières s’attenue, seul des miroitements des armes se reflètent dans la glace. Le sifflement aigue du vent résonne dans le silence caverneux de la grotte. Li Mu Sba glisse malencontreusement en sirotant une gorgée du Vin de Riz. Son agilité au bâton, lui permet de guider sa chute et de prendre le même chemin que ces compagnons. Les Quatre soldats prient le chemin de droite lors de leur chute, un probable raccourcit vers les sources jaunes. Personne ne les revus après leurs chutes.
Li Mu Sba stoppe sa chute de justesse, à quelque Cun de lui se trouve une rivière recouverte d’une pellicule de glace. L’onde de choc produit par la chute aurait suffit à briser la glace. Les explorateurs se retrouvent dans une grotte majestueuse, traversée de part en part par une rivière souterraine gelée. Le plafond est soutenu par quatre colonnes de glace. Au fond de la grotte se trouve un autel de glace, à base carrée et à sommet circulaire. Il repose sur le cercle, une urne de jade représentant la déesse Nu Wa (une femme avec un corps de serpent) tenant dans ces mains un récipient fermé.
Une intuition ou juste un sentiment de peur paralyse un instant les Héros, ils hésitent à traverser la rivière. Bec Rouge, agacé par cette attente, s’élançe d’un bond majestueux jusqu’à l’autel au centre de la pièce. Au même moment, un souffle glacial jaillit de trois piliers de glace, se matérialisant petit à petit en serpent géant à tête de démons. Deux des démons de glace se jette sur Bec Rouge et l’autre avance vers les Jeunes Héros. Le combat fait rage. Singe argent parvint à terrasser un démon en deux flèches. Noir Colombe saisit son miroir Bagua et lançe un rayon de feu sur les démons. Li Mu Sba armée de son bâton affronte un démon dans un combat sanglant, son corps fut transpercé de toute part par des pics de glaces, craché par les démons. Chi Bai Chio Li, contre toute attente, saisit ces poignards pour les lancer en direction de Bec Rouge. Tout le monde s’interrogea sur la traitrise de Dame Chi Bai. Bec Rouge récupère sur l’autel un parchemin en bambou, et utilise ces déplacements aériens pour prendre la fuite. Dame Chi Bai profite de la retraite de Bec Rouge pour l’assaillir de poignard volant. Une de ces dagues blesse gravement Bec Rouge à la poitrine. Pendant ce temps, Singe argent, Noir Colombe et Li Mu Sba déciment les démons restant. A la mort du dernier Démons, les piliers de glace s’effondrent, menaçant le plafond de la grotte de s’effondrer. Li Mu Sba récupère malgré le danger la statue de Jade de Nu Wa avant de prendre la fuite.

Les Sept Serpents d’ébène :
La sortie de la caverne de glace, nos intrépide héros, aperçoivent Bec Rouge au loin, son sang ruissèle sur son cheval blanc. A ses coté un homme élancé, au regard percent. Son long nez et ces doigts allongés pourvu de griffe lui donnent une allure peu humaine. Noir Colombe reconnait cette homme, dénommé Serre Grises, il l’a rencontré à la maison du Plaisir la nuit dernière. Dame Chi Bai, se précipite vers sa proie. Elle est stoppée dans sa course par quatre jeunes adolescents, vêtue de Chang Pao noir et de chapeaux en bambou. Un petit gros armé d’une massue à deux mains, portant l’idéogramme Nord sur son Chapeau. Un grand maigrelet souple comme le bois, armée d’une lance, son chapeau porte l’idéogramme Est. Un beau jeune homme au trait fin et élancé, utilisant le style du phénix à la chaine clouté, son idéogramme est le Sud. Le dernier, probablement le plus coriace, un garçon musclé comme un tigre arborant un sabre et portant l’idéogramme Ouest. Nos héros se sont débarrassés rapidement de leurs quatre adversaires, le petit gros est pris en otage après avoir était assommé par le bâton de Li Mu Sba. Cependant Bec Rouge, en possession du livre des souvenir immémoriaux, profite de cette opportunité pour s’enfuir avec l’aide de Serre Grise.
De retour a Xue Fei, les Héros racontent toutes leurs mésaventures à Lao Li. La trahison de Bec Rouge consterne le jeune érudit. Depuis plus de sept ans Bec Rouge vie au sein de Lin Zi, le joyau de l’Est, dans le Palais ministériel comme garde d’élite du royaume du Qi. L’otage révèle que son maître, le mystérieux Serres Grises fait partie d’une organisation nommée les Sept Serpents d’Ebène. Le maître de Serre Grise demeure dans un monastère dans le Mont Taishan. Le petit Gros est jugé coupable de trahison et conspiration contre le Tian Jin Wang. Le condamnée subira la peine de la « cuisson ».


View
Étreinte au porte des Sources Jaunes

Période de 冬至 de L’an 881 de la dynastie des Zhou, l’année 辛酉

Jian Hu – Monde des Forêts et des Lacs -


Depuis plusieurs jours, nos jeunes Héros voyagent en direction de Linzi. Les divinités se déchaînent sur l’Empire du Milieu. Ao Shun, le Roi dragon, déverse ses larmes sur la terre. A chacune de ses respirations, un nuage de brume se répand à l’horizon, de sa voix tonitruante retentit le tonnerre à mille lieux, de ses yeux jaillissent des éclairs foudroyant le sol. Le convoi de marchand avance difficilement, la majorité des voyageurs se réfugie dans les premiers villages traversés. Seuls nos héros poursuivent leur chemin, accompagné de marchand, les frères Yu ; d’un vagabond nommé Dou Wan, et de quatre miliciens.

Une veiller au clair de lune :

La nuit tombée, nos intrépides voyageurs se retrouvent pour veiller sous le pavillon des frères Yu. Après une laborieuse discussion, Docteur Chi comprend que les marchands transportent des fourrures de loup blanc géant, créatures divines vivant au Mont éternel. De son côté, La Noire colombe perse à jour la malédiction de Dou Wan grâce à son miroir de Vérité. Son silence est le seul témoin de l’effroi que l’on peut ressentir face au « faiseur de malheur » un homme de trois cent ans dont l’apparence n’excède pas celle d’un jeune homme de vingt ans. Rapidement le vagabond raconte qu’il a quitté le Mont éternel pour rechercher Ah chou, son amour perdu. Le seul souvenir de cette relation est une peinture de sa bien-aimée accompagnée d’un poème :

Au-dessus du lac tranquille, le givre emplit le ciel, La jeunesse pleure le temps qui passe. L’âme solitaire qui contemple la lune envie plus les tourterelles que les anges

Perte et fracas :

Tout à coup des sifflements de flèches interrompent la conversation. L’alarme est sonnée par les miliciens :

« ON NOUS ATTAQUE AU NORD. »

Malgré le vacarme de la bourrasque, l’ouïe fine de Chi Bai Chio Li perçoit des bruits de pas au Sud, près du chariot. Li Mu Sba armé de son bâton se dirige droit vers les quatre archers à cheval. Ran Kao et Chi Bai foncent à la recherche de l’intrus. Sorti des ombres, un grand homme, ébranle le sol avec ça masse à deux mains et met à terre nos jeunes héros. La bagarre fait rage entre les bandits et nos intrépides héros. Li Mu Sba prend rapidement le dessus sur les archers. L’homme a la masse s’incline en signe de défaite encerclé par les lames du Singe Argent et de Chi Bai.

Loup Vorace, le bandit d’honneur, dénonce le braconnage des marchands, et la nature divine des Loup Blanc Géant pour son clan. Il demande que justice soit faite aux noms des Gardiens du Mont Éternel. Fu Yu se défend en jurant sur son honneur que justice sera faite au tribunal de Linzi, les magistrats de Linzi déciderons du sort de Loup Vorace et de la maison marchande Yu.

Au cœur de la bataille, tous les chevaux ont fui, terrifié par les rafales de vents et les bruits de claquement des armes. Acculée par la tempêté, le nouveau groupe agrandi par les bandits recherche refuge au sein de la forêt.

Le palais des plaisirs éternels :

Exténué par le voyage et le combat, nos aventuriers s’enfoncent au cœur de la forêt. Le crépuscule laisse place aux ténèbres de la longue nuit La concordance entre une nouvelle lune et un solstice d’hivers arrive une fois tous les 365 ans. Le voile qui sépare l’empire du milieu et les dix enfers s’affine laissant les forces Yin s’échapper du centre de la Terre. Au loin, des lanternes rouges oscillent au grès du vent et brillent dans l’obscurité comme une lueur d’espoir qui surgit de nulle part.

Nos voyageurs arrivent aux portes d’un somptueux palais, composé de plusieurs pavillons, le Palais des Plaisirs Éternels. Un petit homme penché en angle droit, avec une énorme bosse dans le dos, accueille nos hôtes.

« Cher voyageur, venez prendre refuge, ma maîtresse se fait un plaisir de vous accueillir. »

brume.png

La salle de réception se situe dans le pavillon de la Vertu Terrestre. Une vingtaine d’invités sont disposées autour grandes tables en bois massive. Quatre piliers se dressent au centre de la pièce richement décoré de têtes d’animaux légendaire (dragon, licorne, phenix, serpent). Des serviteurs amènent en rang des grandes marmites remplies de soupe et divers met de dégustation. Sur le balcon, de charmantes musiciennes jouent de la cithare et de la flûte. Au rythme de la musique de ravissante danseuse offre un spectacle hors du commun à nos hôtes.

Tout le monde admire le raffinement du spectacle, sans remarquer la disparition du vieux Fu Yu. Son jeune frère remarque au bout de quelque minute, avec étonnement, qu’il ne se trouvait point à la table. Docteur Chi lui répond avec tristesse qu’une branche d’arbre lui avait transpercé le petit doigt et qu’ils n’avait plus la force pour suivre le groupe au cœur de la tempête.

L’attaque des fantômes :

A l’instant où nos aventuriers se préparent à dîner, un relent d’estomac de Du Fu Ning fait trembler la table. Son visage devient blanc cadavérique et ses yeux exprime un dégoût inimaginable. De sa main droite, il tient son miroir de vérité orienté vers une marmite. Le reflet de la soupe révèle la monstruosité de ce lieu maudit. Les carottes ne sont que des morceaux de doigts, des yeux flottent à la surface du potage.

Au même moment, une épaisse brume se répand dans la pièce. La majorité des convives sont pris d’une folie déstabilisante. Certains se jettent sur les danseuses, d’autre s’empiffrent à en vomir. Les courtisanes montrent aussi leurs véritable nature, leurs cheveux s’allongent pour s’enroule autour de leurs victimes, certaine lacèrent le visage de pauvres innocents avec leurs ongles acérés, d’autre embrassent langoureusement leurs victimes pour absorber leurs souffle vital.
fantome_2.png

Nos héros brandissent tant bien que mal leurs armes pour faire face à leur assaillante. Singe argent se laisse aller à ses pulsions les plus pervers, pendant que Li Mu Sba et Chi Bai luttent contre ces créatures. La Noir Colombe, tire une petite clochette et prononce un rituel taoïste. Le tintement de la clochette, paralyse pendant quelque instant les fantômes pour laisser le temps à nos aventuriers de s’échapper avec Dou Wan. Au cours de la fuite, une femme fantôme d’une beauté époustouflante les rejoins pour leur proposer son aide. Elle se prénomme Ah Chou, l’amour tant attendu de Dou Wan.

La légende de l’immortel :

Ah Chou conduit les survivants au premier étage du pavillon des Plaisirs de l’Est, dans une chambre intimiste. Des peintures illustrent le cheminement de l’éveil à travers le taoïsme de l’union du Yin et Yang. Heureux de se retrouver, les amoureux s’enlacent et déversent des larmes de joie. Après quelques minutes de recueillement, Ah Chou raconte le combat entre l’immortel Jiang Shang et l’Emo de la perversité .

« Jiang Shang parvient à emprisonner l’Emo dans la souche d’un saule pleureur. Dans sa défaite la démone asservie les âmes des courtisanes, les transformant en fantôme pour l’éternité. Depuis ce jour, tous les 365 ans, quand la nouvelle lune laisse briller la constellation de la tortue noire dans un ciel de solstice d’hivers, la demeure maudit surgit du Feng Du pour se nourrir des âmes des mortelles. »

Pour lever la malédiction vous devez éliminer la démone. Elle est en train de se réincarner dans le corps de notre maîtresse grâce à l’essence vital des mortels absorber par l’arbre démon. A l’aube, récupérez nos urnes funéraires enterrer au pied du saule pleureur et disperser nos cendres loin de ce lieu maudit. Dou Wan sort de sa manche un petit poignard en bois, et le tend vers nos héros.

« Je vous offre Pureté Céleste, il m’a été confié par l’immortel Jiang Shang en personne pour bannir Bei Emo dans les Dix Enfers »

Dame Chi Bai saisi le poignard avec conviction. Elle incline la tête le regard ferme ne laissant nul place au doute.

La discussion est interrompue par Huo, cinabre pourpre. Cet homme est en apparence un moine taoïste, vêtue Chang Pao et d’un large chapeau conique de couleur noir et pourpre. Il est conscient du danger qui pèse dans cette demeure et propose une alliance pour survivre. La décision est prise, nos héros se dirige droit dans le repère de l’Emo, au pavillon de la tranquillité céleste.

Un invité surprise :

Le pavillon de la tranquillité Céleste est une somptueuse demeure, décoré de jade et d’or à l’image de la renommée du palais des plaisirs éternels. Un tai ji (symbole du Yin et du Yang) est gravé dans le sol de la pièce central. La résidence est sombre, des racines longent le sol de part et d’autre de la pièce.

Une veille femme assise sur un trône en bois sculpté semble se délecter d’un repas peu ordinaire. Des racines en provenance du sol pénètrent dans ses mains et l’irrigue d’un fluide sanguinolent. L’Emo de la perversité ressemble à un vieux transsexuel dont le visage est raidi par le temps, sa peau paraît aussi dure que l’écorce d’un vieux chêne. Elle est habillée d’une longue tunique noir et mauve, et porte une coiffe.

Une aura de terreur se repend dans l’atmosphère de ce lieu maudit, Dou Wan et Ah Chou se fige tétaniser par la peur, pendant que nos intrépide héros avance. Cinabre Pourpre élabore des signes incantatoires avant de disparaître dans le sol. Chi Bai Chio Li brandit Pureté Céleste. Une lumière de Jade jaillit du poignard et enveloppe le corps de la démone. Sa peau s’effrite comme la souche d’un arbre en putréfaction, un cri résonne dans la pièce.

« MAUDIT SOIT-TU JIANG SHANG. »

L’Emo a ressentie l’essence de l’immortel dans l’artefact divin. Sa langue s’agrandi jusqu’à atteindre une taille titanesque et fonce s’enrouler autour de Chi Bai. Sa salive répugnante dégouline sur la peau de notre jeune médecin.

Pendant ce temps, Li Mu Sba fonce vaillamment pour se livrer à un combat au corps à corps. La langue démoniaque est transpercée par maintes flèches décoché par_Rang Kao_. La Noir Colombe libère la puissance du soleil contenue dans son miroir. Un rayon de lumière y jaillit brûlant la la peau affaiblie démone.

Les racines présentent dans la pièce se mettent en mouvement pour s’agripper aux membres de nos héros essayant d’absorber leur essence vital. Cinabre Pourpre surgit de la terre brandissant une longue guillotine volante, formé par des lames dissimulées dans son chapeau. L’Emo parvient à esquiver de justesse la technique de la Prison de Lame. L’étreinte de la langue démoniaque se resserre sur Dame Chi Bai, le bout de la langue essaye par tous les moyens de s’infiltrer dans sa gorge.

L’acharnement de nos assaillants finit par disperser le reste du corps en putréfaction de la défunte maîtresse. L’essence Po de la démone s’évapore en fumer. A cet instant, un homme de petite taille sort de l’ombre. Il a une musculature ferme, une posture difforme. Il marche incliné sur la droite. Son visage a une apparence peu commune. Ses traits batraciens évoquent des ancêtres Yao crapaud. Il ouvre une boite de jade et prononce une incantation d’exorciste. L’essence de l’Emo se retrouve absorbée dans la boite. L’homme crapaud, scrute une dernière fois nos héros exténués par le combat avant de disparaître dans la pénombre. Ses derniers paroles sont les seules traces qui laissent derrière lui :

« coasse bravoasse jeunes hommes, vous avoassez réussi un belloasse exploasse, mercioasse coasse »

BRUME_INCANDESCANTE_sans_noms.png

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.