Coutumes



Coutumes



Fêtes annuelles

La fête du renouveau, le nouvel an est célébré le premier jour de la nouvelle lune du mois Yin. La veillée du nouvel an est un moment privilégiée de retrouvailles familiales. Dès le lever du soleil, la porte est ouverte en grand afin que les souffles fastes du Nouvel An entrent dans la demeure et bénissent les occupants. La journée des défilés et spectacles de rue sont organisés un peu partout pour apporter gaieté et insouciance pour la nouvelle année. Des offrandes sont faites aux dieux afin d’attirer leur bénédiction, et même les Rois font des sacrifices en l’honneur du renouveau et des divinités.


La fête de la Lumière pure se déroule deux semaines après l’équinoxe de printemps. Elle est l’occasion pour toute la famille de rendre hommage aux ancêtres, en allant entretenir leurs tombes et en faisant des offrandes aux parents décédés. Ce rituel permet de montrer publiquement que même la mort n’est pas un frein à l’unité familiale.


La fête du double cinq se déroule durant le cinquième jour du cinquième mois, le mois Wu. C’est la fête du solstice d’été, de nombreuses offrandes sont faites aux Cinq Venins afin qu’ils protègent le peuple des épidémies. Les dragons sont également à l’honneur, il leurs est demandé d’arroser la Terre d’une pluie bienfaitrice afin d’éviter la sécheresse. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’on lieu les courses de bateaux dragons sur les fleuves des Royaumes.


La fête des Morts a lieu le quinzième jour du mois Shen. Durant cette période, les portes des Enfers sont ouvertes et les ancêtres sans descendances reviennent chez les vivants au risque de devenir des fantômes. Pour les apaiser, de nombreuses offrandes leurs sont faites sous forme d’objet, d’argent ou de spectacle.


La fête de l’automne, particulièrement populaire dans les campagnes, elle intervient durant la pleine lune du mois You. C’est la fête de la moisson et de la lune, une occasion de se réjouir pour marquer la fin de l’année agricole et le début de la morte saison. Des grands banquets sont organisés pour rendre hommage au produit de la terre, et à la nature.



Traditions ancestrales


La famille

Au sein de la société des Royaumes, l’unité de base n’est pas l’individu mais bel et bien la famille. Une cellule familiale est en général constituée par les parents, les fils (et épouses), et les filles non mariées. Les membres d’une même famille vivent dans la même demeure et font corps au regard de la société.


L’autorité patriarcale,le père est considéré comme le chef incontesté de sa famille. Son autorité moral s’exerce sur ces enfants, et ceux jusqu’à sa mort.


La femme est considérée comme entièrement dépendante des hommes du début à la fin de sa vie. La tradition veut que la femme ait Trois Vies et fasse preuve de Quatre Vertus :

“Obéissant à ses parents, puis à son mari après avoir quitté le nid familial. A la mort de ce dernier ses enfant occuperont ses pensées.”

” Vertu de la bonne épouse, elle assurera la descendance et sera droite de corps et d’esprit. Vertu du silence, elle ne dira mot et sera humble devant son mari. Vertu des apparences, elle veillera à être présentable et jamais n’affichera l’indécence du corps. Vertu de la tâche, la maison est son domaine, cette dernière reflète sa personne.”

Pour les femmes aux aspirations libertaires, éprises d’aventure et de sentiments, la seul solution est bien souvent de s’exiler dans le jiang hu ”le monde des forêts et des lacs”. Fréquemment grimées en homme, elles y sont jugées non pas sur leurs sexe, mais bien, sur leurs habiletés guerrières ou leurs intelligences.


Le culte des ancêtres,chaque famille possède dans sa demeure une pièce réserver à l’autel familial ou repose des tablettes funéraires consacrées à la vénération des ancêtres.


L’étiquette

Dans le peuple, il est courant de recourir au termes d’oncles et de tantes pour s’adresser à quelqu’un de la génération de ses parents, de frère et de sœur pour quelqu’un de sa propre génération, et de grand père et de grand mère pour les personnes âgées. Parmi les classes plus élevés, on s’adresse à une personne étrangère en l’appelant par son nom de famille ou son noms complet. L’appellation “votre excellence” ou “votre éminence” doit être utilisée pour s’adresser à un fonctionnaire.


Un homme salue en inclinant le buste, les mains superposées, la paume gauche sur le dos de la main droite, les paumes tournées vers soi. Une profonde inclinaison les mains jointes devant le visage est le salut que l’on réserve à une personne que l’on reconnaît supérieure, alors qu’une inclinaison peu marqué les mains jointes devant la poitrine permet de saluer une personne de statut égal ou inférieur. Les femmes saluent de la même façon, les yeux baissées si son interlocuteur est un homme.


Le salut militaire se fait mains jointes, poing droit dans la paume gauche à la hauteur de la poitrine. Il est utilisé par les militaires et les pratiquants d’arts martiaux. Pour montrer qu’ils reconnaissent leur vis-à-vis comme un guerrier de valeur, les wu xia gardent leur épée dans la main droite en saluant.


Pour Saluer une personne de rang élevé tel un haut fonctionnaire, il convient de se mettre à genou et de frapper trois fois le sol de son front et d’attendre que la personne invite à se relever. Cette forme de salut peut également servir de reconnaissance envers quelqu’un qui a rendu service ou s’est montré particulièrement bon hôte.



Expressions artistiques

L’art du pinceau correspond à l’écriture poétique et livresque, la calligraphie et la peinture. L’écriture des idéogrammes est l’héritière directe des pictogrammes utilisés par les prêtres des premières dynasties, eux-mêmes dérivés des symboles divinatoires apparaissant sur les os et carapaces de tortue jetés au feu lors des rituels antiques. La calligraphie est l’art d’utiliser l’écriture pour exprimer la nature profonde de l’artiste au travers un unique trait de pinceaux, sans perdre le contact entre le pinceau et le support. La peinture est semblable à la calligraphie dans sa philosophie. Les peintures de paysage et de portraits sont les plus répandu. Les supports sont souvent des planches de bambou et des pièces de soie.


L’art de la forge est le plus répandue dans le zhong guo. Le travail du bronze et du fer est à la base de nombreuses œuvres raffinées, utilisées à des fins militaires ou décoratives.


L’art de la sculpture et de la céramiques correspond au travail de la terre cuite, du bois et de la pierre. Les objets façonnés les plus courant sont les mingqi, petites statues qui servent à accompagner les défunt dans le royaumes des morts, et les poteries de terre cuites.


L’art de la joaillerie consiste à façonner les matériaux nobles et les pierres précieuses pour décorer de nombreux objets : pommeaux d’épées, épingles à cheveux, agrafes à vêtement. Le jade et l’or sont les matériaux les plus prisés.


L’art de la scène comprend la musique et le théâtre. Cet art puise ces racines dans les représentations religieux auxquelles s’adonnaient les prêtres de jadis pour expliquer les divers mythes. Il est lentement passée d’un art essentiellement religieux à une forme de distraction populaire.



Coutumes

Qin, les Royaumes combattants milkawel